4 Rue Charmois 77320 CHEVRU Tél. : 01 64 04 60 88 Mob. : 06 08 80 99 03 Siret : 40309599500029

Restons en contact !

Nous
Contacter

Nous
Localiser

Rappel
gratuit

Tissus et produits de lin (77)

Charme et Lin produit le Lin, sur une surface cultivée de plusieurs hectares. Les conditions climatiques conviennent parfaitement à la culture du lin. Une demande croissante dans le monde en fait une importante culture commerciale.

L'ensemencement s'effectue au mois de mars et la récolte en juillet.

En juin, la plante prend une couleur jaune doré, et vient ensuite la floraison, qui parsème les champs de petites fleurs bleues, blanches ou violettes.

Ce spectacle est très éphémère, car chaque plante de lin ne fleurit qu'un jour.

Tissu

La moisson :

Le lin est arraché afin de préserver la fleur. Des arracheuses mécaniques suffisent à se laborieux travail.

Le séchage :

Après la récolte, le lin est disposé en haies pour sécher. Quand il est sec, les semences sont récupérées.

Le rouissage :

Le lin est ensuite exposé à l'humidité, afin de dissoudre les pectines qui lient les fibres les unes aux autres. Le lin est ensuite, étalé sur le champ pendant plusieurs semaines. Exposé à l'action de la pluie, de la rosée et du soleil.

Le teillage et le peignage :

Durant ce processus, les fibres sont détachées des pailles et sont ensuite calibrées en fibres courtes (étoupes), puis sont utilisées pour la filature de fils plus grossiers et en fibres longues (longs brins), pour produire les fils de lin les plus fins.

La filature :

  • Les fibres longues ou courtes sont étirées en "rubans"
  • Les fils fins sont filés "au mouillé"
  • Les étoupes sont filées "au sec", ce qui donne un fil plus irrégulier et pelucheux

Vient ensuite :

  • Le tissage
  • Le blanchiment
  • La teinture

Le lin possède de nombreuses possibilités créatives, car aucune autre fibre n'offre ce mélange unique de luxe et de confort, d'élégance suprême et d'esprit pratique terre-à-terre.

Tissus et produits de lin

Autour du lin

Le lin est une étoffe obtenue à partir d’une plante dénommée scientifiquement Linum Usitatissimum et qui fait partie des Linacées. Dans le monde, il en existe plus d’une centaine d’espèces qui sont, pour la plupart, pérennes et sauvages. Celle qui est expressément cultivée, le Linum Usitatissimum L., est annuelle et est essentiellement destinée à être transformée. Les premières plantations de lin remontent il y plus de 36 000 ans, en Géorgie occidentale, mais c’est seulement à l’époque néolithique que le lin a servi pour produire du textile, afin d’en fabriquer des vêtements et d’autres objets qui peuvent être utilisés au quotidien. Quant à son introduction en Europe, elle date d’il y a 2000 ans. Le lin se sème en lignes ou à la volée et ce, au printemps. Il germe rapidement et présentera de magnifiques petites fleurs bleues, violettes ou blanches au mois de juin, lesquelles meurent au bout d’une journée. L’étoffe de lin est obtenue en macérant les tiges de la plante à même le sol, pour en retirer les fibres. Ces dernières sont broyées, raclées, peignées, filées et enfin tissées pour obtenir de la toile. Arrachage, rouissage, retournage, enroulage, teillage, peignage et filature constituent les différentes étapes qui déterminent toutes ces actions. La toile qui en ressort est réputée isolante, anallergique, résistante à l’eau et à la lumière. Elle a la capacité d’œuvrer en tant que régulateur thermique. Elle peut servir dans la fabrication de linge de maison, de vêtements et de tissus d’ameublement. Lors du processus de transformation de la plante en toile de lin, des produits dérivés tels que de l’huile, des paillettes et de la pâte à papier son obtenues. 1 ha de lin permet, en moyenne, d’obtenir 320 kg de paillettes, 640 kg de graines, 3200 kg d’anas, 650 kg d’étoupes, 1300 kg de fibres longues teillées et 6,4 tonnes de paille brute.

Les principaux produits obtenus à partir du lin

Le lin est essentiellement utilisé pour en fabriquer des produits d’habillement. 60% des débouchés textiles des fibres de lin ne concernent que ce domaine. Les vêtements réalisés dans cette matière, qui est considérée comme étant beaucoup plus bio que le coton, se portent autant en été qu’en hiver. Le lin constitue effectivement un bon régulateur de la température corporelle. Il est respirant et rafraîchissant en été et tient au chaud en hiver. Il convient aussi à tous les types de peau puisqu’il est antibactérien et antiallergique. Il est même réputé pour être antistress. Par ailleurs, les vêtements en lin ne peluchent pas. Ils durent dans le temps malgré les nombreux passages au lavage et deviennent même plus beaux. Ils peuvent prendre plusieurs couleurs grâce à la teinture du lin et peuvent parfaitement adopter des motifs. Le lin peut aussi être combiné avec d’autres textiles pour offrir de meilleures performances. S’il est combiné avec de la laine ou du cachemire, il est davantage plus adapté pour l’hiver. Avec du polyamide ou de la viscose, il ne risque pas de se froisser. Associé à de la soie, il est d’autant plus élégant et adapté pour être porté en soirée. Outre l’habillement, le lin peut également être transformé en tissus d’ameublement, en linge de lit, en linge de bain, en linge de cuisine et en nappe de table, entre autres. Dans cet univers de la maison, il touche les 30% des débouchés. Son confort, sa douceur, sa grande résistance, son pouvoir d’absorption de l’humidité ainsi que son élégance naturelle favorisent son utilisation dans ces divers domaines. Le lin peut même servir à fabriquer des tuyaux souples, des bâches ou encore des toiles à peindre. Environ 10% des débouchés textiles des fibres de lin sont consacrés à ces textiles dites techniques. En bref, le lin est un textile qui permet de nombreuses possibilités de création et d’utilisation.

L’entretien du lin

Le lin se lave parfaitement à l’eau, à condition de bien choisir le produit adapté. Un détergent qui contient des agents azurants n’est pas adapté au lin de couleur alors qu’il est parfait pour le lin naturel ou blanc. Vous pouvez utiliser un adoucissant pour le lin aux couleurs foncées, surtout si l’eau du lavage est riche en calcaire. Dans tous les cas, le lavage doit rester tiède et ne doit pas dépasser les 40°C. Le lavage du lin le radoucit et le rend plus lumineux mais il faut le faire en délicatesse et, de préférence, sur l’envers. L’essorage doit aussi se faire de manière délicate. Quant au séchage, il vaut mieux privilégier l’étendoir. Si vous le réalisez avec votre sèche-linge, il faut se limiter aux températures raisonnables. Pour les tissus d’ameublement et les revêtements muraux en lin en particulier, il vaut mieux y passer l’aspirateur ou les brosser régulièrement pour les garder frais et propre. Le nettoyage à sec est préconisé pour les tapis, les sièges et les tentures doublées. Pour ce qui est du repassage, il n’est pas conseillé d’attendre que le lin soit totalement sec pour procéder. Il est même préconisé de repasser à la vapeur pendant que le linge ou le vêtement est encore légèrement humide. Le faire sur la face interne du tissu est ce qu’il y a de mieux. La température du fer à repasser doit être réglée en fonction de la composition et du poids du tissu. En choisissant vos tissus et produits de lin auprès de Charme et Lin, vous pourriez recevoir plus d’informations sur la culture et l’entretien de ce textile à la fois délicat et élégant. Vous y trouverez d’ailleurs un large choix de produits confectionnés avec soin et savoir-faire, qui peuvent équiper vos chambres, votre salle de séjour ou encore votre salle à manger.

Charme et Lin

4 Rue Charmois
77320 - CHEVRU
Tél. : 01 64 04 60 88
Fax :
Email : janidesert@gmail.com
Siret : 40309599500029


Contacter-nous